mercredi 7 mai 2014

"Alors ! Ça mord ?" Avril 2014

Un mois impressionnant vient de se terminer et avec lui des périodes d'euphories que je n'ai jamais vu auparavant.



Des dizaines de truites de plus de 40 cm gobant collégialement les unes à coté des autres. Des nuées d'éphémères, march brown, baétidés et divers heptagénidés... Un débit faible et régulier et une météo peu capricieuse, avec un ciel couvert et de petites averses...
Bref, des conditions presque irréelles pour la pêche en sèche.

Tout droit sortie d'un rêve
Dès le début du mois, le niveau des rivières est tombé très bas. Cet étiage de printemps a eu comme conséquence de durcir considérablement la pêche au leurre. Si les truites ont boudé les leurres (souples et durs), ce fut pour mieux se laisser séduire par les mouches !

J'ai pu constater sur le terrain que malgré un hiver doux et un début de printemps relativement chaud, la saison n'est pas si avancée que l'on aurait pu penser. En effet, j'ai pu observer des éclosions de march brown jusqu'à la moitié du mois d'avril. En plus de ces grosses heptagénidés beaucoup d'autres espèces d'éphémères sont également sorties. Du beige, de l'olive, du gris...  Il fallait avoir une boite à mouche bien garnie pour séduire des truites qui se montraient parfois très sélectives.

March Brown et son imitation

Les mouches qui ont fait la différence depuis le début du mois.






Si les truites étaient mordeuses, elle ne se sont pas livrées au premier venu. Il faut souvent lancer à bonne distance, savoir se positionner et trouver les bons endroits pour attendre les gobages. Optimiser vos chances avec un guide de pêche ! Ce n'est pas Alexandre qui dira le contraire avec une magnifique truite de 53 cm qui est venue saluer ses efforts.

Méditation en l'attente de gobages
A la mi-avril, les éclosions de brachys ont réveillé les truites sur des rivières peu productives depuis le début de l'année. A l'instar de la Loue ou les truites se sont montrées coopératives (voir l'article : Happy Brachys). L'activité n'est d'ailleurs pas retombée jusqu'alors.

Émergente de trichoptère, REDOUTABLE !

Une belle de la Loue

Fin du mois, les paysages ont pris leur plus bel habit, les bords des rivières sont investis de centaines de fleurs. Magnifique !




Le météo s'est dégradée, et l'eau qui commençait à manquer sérieusement est tombée. Bien qu'il n'y a pas eu de crues significatives, le niveau des rivières est bien remonté.

"Alors ! Ça mord ?",  je peux une nouvelle fois vous dire que OUI. Rendez-vous début juin pour le compte rendu du mois de mai, qui s'annonce pluvieux.



A très bientôt,

Matthieu Pornon






Aucun commentaire:

Publier un commentaire