dimanche 5 juillet 2015

Une super journée !

Après une journée de repos bien méritée après la mission Annecy, je retrouve à nouveau mon client et ami Paul pour une journée de pêche à la mouche.


Nous pêcherons l'un rare secteur de la Loue que je ne connais pas bien et aujourd'hui j'accompagne Paul avec ma canne afin de pouvoir lui montrer ma façon de procéder lorsque j'aborde un poisson : Positionnement, lancer, présentation, ferrage et combat jusqu'à la mise à l'épuisette ! 

Nous abordons un premier secteur. Le niveau d'eau élevé et une eau à peine teintée nous complique la tâche, car beaucoup de secteur sont impraticables à cause du courant. Après quelques centaines de mètres de prospection nous trouvons un secteur prometteur. Quelques mouches commencent à voler et les premiers gobages ne se font pas attendre. 

Paul attaque une première truite qui ne semble pas très disposée à venir gober sa mouche. Je tente le coup en nymphe et elle finit par céder à une tête vernie noire n°18.

42 cm pour ce premier poisson
Pendant ce temps les gobages se sont intensifiés et le spot sur lequel nous nous trouvons s'est transformé en un véritable paradis. Sur 50 m de bordure, il y a une dizaine de truites actives en surface. Pas de temps à perdre Paul s'élance sur ce poste magnifique !


Je reste à ses cotés pour le guider pas à pas vers sa première capture. C'est une truite de bien 45 cm qui gobe à une fréquence élevée dans 20 cm d'eau. Gobages de fin de matinée, on s'oriente donc sur spent CDC pour le choix de la mouches. Le courant emporte la soie et fait draguer la mouche. Il va falloir la jouer précise pour faire monter ce poisson sans l’effrayer.

A la deuxième tentative la mouche de Paul se pose à trentaine de centimètres du poisson. Espérons que la mouche lui plaise... Bingo ! La mouche disparaît et Paul exécute un bon ferrage !
La truite prend le large. N'ayant jamais tenu pareille bestiole au bout de sa canne à mouche, Paul fait ce qu'il peut. Malheureusement pour lui, la belle casse la pointe du bas de ligne alors qu'il essayait de ralentir sa course. Dommage !

Ensuite c'est une truite plus modeste qui viendra prendre deux fois mouche sans se piquer malgré des ferrages corrects. 
La série noire continue pour Paul. Le scénario de la casse se reproduit sur une autre grosse truite de de 45 cm. Il y a bien une erreur lors du combat, mais c'est tout de même pas de chance. 
Un grand bravo, c'est déjà très bien d'avoir fait monter ces belles truites avec à chaque fois une présentation parfaite.

Afin de montrer à Paul les erreurs à ne pas commettre durant le combat j'attaque à mon tour une belle truite. Le spent est avalé mais le combat n'est pas très intense et très vite cette toute belle vient prendre la pose sur l'épuisette. 

45 cm toute mouchetée !
Avec 5 poissons attaqués sur 10 m de linéaire, c'est ce qu'on appelle un bon spot ! 
Paul s'exerce à la nymphe à vue sur un bel ombre qu'il ne parviendra pas à prendre et me rejoint alors que j'allais attaquer une truite en maraude. J'opte pour la sèche même si je n'ai pas vu le poisson gober. Au premier poser la truite vient voir la mouche, s'éloigne et reviens à nouveau pour l'engloutir ! Yes ! 
Le combat est musclé, ce qui me permet de détailler à Paul toutes les étapes du combat. Après s'être bien donné la belle se rend. 47 cm, ça le fait !


Il est presque 15h et nous rentrons à la voiture la faim au ventre. 

Une bonne collation et c'est reparti !
Nous attaquons sur un secteur plus en amont. Pas mal de poissons sont attablés mais la majeure partie se tient très proche de la bordure d'en face "le fameux syndrome" !

Paul s'attaque à un gobage en milieu de rivière et réussit à faire monter le poisson à deux reprises ... mais sans le piquer. La poisse !
Pendant ce temps, je repère le dos d'une belle truite dans un contre-courant de l'autre côté de la rivière. Le coup de ligne est difficile. Un poser parachute avec une sèche à plus de 20 mètres, ça reste une prouesse !
Dans un premier temps, je lance désaxé par rapport au poisson afin de tester ma longueur de soie. Cela permet d'être très précis dès la première présentation.
Je sors encore deux mètres de soie du moulin et commence à lancer. Shoot final en hauteur, ma soie s'étend dans les airs et commence sa descente en entraînant le bas de ligne. La mouche se pose parfaitement à l'endroit souhaitez, la pointe bien détendue. 
Le gobage intervient rapidement et c'est une bonne baston qui débute. Chandelles, rushs... Après m'avoir fait bien des misères la belle rejoint l'épuisette.
44 cm en peine forme !
L'activité retombe d'un cran, Mais Paul ne lâche rien ! 
Il profite de ces derniers gobages pour débloquer le compteur.
D'abord une toute petite.
Pure souche ! l'avenir de la rivière;
Puis une autre plus jolie qui gobait en bordure. 

Le soleil disparaît et nous changeons de secteur pour le coup du soir.
Quelques poissons sont attablés, mais dans l'ensemble ce n'est pas folichon !


Paul fera deux ombres avec un gros sedge CDC pour bien finir la journée. 


Une session comme on les aime, de l'action et des beaux poissons !
Tout au long de la journée, nous avons su nous adapter pour déjouer la méfiance des belles truites de la Loue. Paul n'est pas passé loin d'arriver à l'un de ses objectifs, capturer une truite de plus de 40 cm à la mouche. Son tour viendra !

A très bientôt,
Matthieu Pornon

Aucun commentaire:

Publier un commentaire