vendredi 4 avril 2014

"Alors ! Ça mord ?" # Mars 2014

Pour ce premier numéro de "Alors ! Ça mord ?", Je peux déjà vous dire oui...

L'écho du Grand Lac :

En mars, il est pour moi inconcevable de quitter les rivières comtoises et leurs belles zébrées, qui m'ont tant manqué durant ces six mois de fermeture. Cependant, je ne peux rester insensible aux échos du lac Léman.



Le Léman bénéficie de périodes d'ouvertures particulières permettant de pêcher le brochet jusqu'au 31 mars. Si les résultats à cette époque de l'année ne sont jamais très réguliers, de belles surprises sont possibles.
Cette année, quelques très beaux brochets ont été capturés ce qui laisse présager un bon début de saison sur la grande flaque.

Pour ma part, le rendez-vous est pris fin avril ou début mai pour prendre la température et préparer la saison de guidage sur le lac.

Truite au leurre : 



Ce début de saison est correct dans l'ensemble. L'eau claire et les niveaux incroyablement bas n'ont pas donné de périodes d'euphories mais les résultats restent réguliers sur la plupart des rivières de la région.



Les exceptions : 

La basse rivière d'Ain n'est pas une rivière facile, mais les variations de débits constantes ont particulièrement durci la pêche ce début d'année.
Les truites inféodées aux bordures, se trouvent chassées de leurs caches et de leur poste de chasse privilégié. Elles regagnent donc les zones profondes et sont particulièrement dures à leurrer dans ces conditions.
Les alevins et les insectes ne subissent pas le même sort. Ils se retrouvent à sécher sur les plages à chaque éclusés. Alors, lorsque l'on voit dans le guide pêche de la fédération du jura une pub "EDF prend soin de la rivière d'Ain", Je suis trop indigné pour en sourire.



L'autre exception, je ne préfère pas la citer, mais les 3/4 des truites zébrées que l'on peut voir en photos sur le net proviennent de cette rivière. Depuis l'ouverture, la pêche est particulièrement facile et les conditions hydrologiques parfaites. Et après deux ans de fermeture à la pêche, on comprend pourquoi des journées à 10 truites de plus de 40 cm ont été possibles.



La pression de pêche est énorme à la fin du mois de mars, mais les truites sont de plus en plus difficiles. C'est donc d'elle-même que la pression de pêche se régulera, dès que les capots seront plus nombreux que les cartons.




Mouche :

Si pour le leurre l'eau claire n'est pas très profitable, à la mouche c'est vraiment un atout.
La pêche en nymphe à vue a été possible dès l'ouverture, malheureusement les truites sont très peu nombreuses à sortir nympher. Mais patience les "Brachys" arrivent bientôt et devrait faire bouger tout ce petit monde !


A cette saison, la réussite à la mouche est avant tout "conjoncturelle", être là au bon endroit et au bon moment. Ainsi, il est possible de faire de superbes coups de ligne en sèche et en général, c'est du lourd !
  



Au début de saison, la taille moyenne des captures est élevée, ce qui en fait une période faste pour capturer de beaux spécimens. En plus de cela, la nature se réveille et dévoile des paysages magnifiques.






Vous pouvez encore profiter de ces conditions pendant quelques semaines. Pour toutes demandes de renseignements concernant un guidage, n'hésitez pas à me contacter via mon site web, http://matthieu-fishing.fr/contact, ou directement par téléphone au 06 59 68 16 27.



A très bientôt,
Matthieu Pornon


Aucun commentaire:

Publier un commentaire