mercredi 16 mars 2016

Une ouverture en demi teinte

Il y a des nouvelles qui font passer l'ouverture de la pêche bien loin de la priorité du moment.
Cette nouvelle, c'est une maladie grave qui s'est invitée au sein de ma famille proche. Nous n'avions pourtant rien demandé...
Il va falloir maintenant composer avec le combat contre la maladie, tous soudés derrière le malade et cette nouvelle saison de guidage qui s'annonce plus que jamais prometteuse.

La pêche à cette vertu, vider l'esprit. Il est en effet quasi impossible de pêcher en pensant à autre chose. Et si le cœur n'y était pas, nous avons tout de même décidé mon frère et moi d'aller faire un tour au bord de l'eau, avec comme objectif de se détendre et de prendre un peu de recul.

Voici donc un bref récit de ces deux premiers jours de pêche de la saison.

Loue-verture
Dimanche matin, nous prenons la direction d'un parcours peu fréquenté sur la Loue en compagnie de notre ami Clément.
La rivière est encore haute et la couleur grisâtre de l'eau nous rappelle les précipitations de neige du début de semaine. En Bref, les conditions de pêche ne sont pas idéales et rien ne laisse présager la bonne activité des poissons.


Nous attaquons en alternant des techniques complémentaires, leurres durs, souples et grosses cuillères tournantes. Très vite les premières touches interviennent, principalement sur leurre souple.

Malheureusement pour nous, les truites prennent mal les leurres et après 40 minutes de pêche notre taux de réussite est à 0%, avec déjà une belle truite de 45 - 50 cm décrochée durant le combat.
On s’obstine encore et c'est Thomas qui ouvre le compteur avec une belle truite.



Durant la matinée, la bise se lève, ce qui aura comme conséquence une nette diminution des touches.
Lorsque les truites ne sont pas mordeuses, la stratégie la plus rentable est bien souvent de décortiquer très finement les postes prometteurs en multipliant les passages des leurres. Chaque m² du poste devra voir passer le leurre au moins une fois.
Nous mettons en pratique cette stratégie, mais le résultat final ne sera pas tout à fait celui que nous attendions. Tout d'abord, Thomas se fera casser par ce qui semblait être une grosse truite, la force du courant jouant en sa défaveur. Ensuite, Clément décrochera deux poissons à la suite alors que les combats étaient bien amorcés. Et enfin, je finis par prendre une truite modeste qui validera tout de même notre approche.


Nous changeons de poste en fin de matinée et Thomas remotivera un peu les troupes avec un autre petit poisson au tableau.


Nous laissons reposer le matériel pendant un bref repas puis nous revoilà parti pour la deuxième manche.


Le vent du nord ne tarit pas, bien au contraire, ce qui en jette un coup à notre moral. Nous passerons en revue différents postes mais le niveau élevé de la rivière les rends très difficiles à aborder.

Alors que nous rentrons à la voiture en se laissant la possibilité de faire encore quelques lancers, je décide de me poser sur une pierre afin de décortiquer un dernier spot. Un signe de bon présage, un rayon de soleil vient balayer la belle rivière. J'attaque au leurre dur (Sébile Puncher 85 sinking). Aprés une bonne quinzaine de passages, mon leurre se fait bloquer net en plein milieu de la rivière. Ça remue très fort au bout de la ligne et le courant puissant embarque la truite vers l'aval. Étant prisonnier sur mon rocher, ma marge de manœuvre durant le combat se trouve très limitée. La truite finit par se rabattre sur ma bordure et je réussis tant bien que mal à la faire slalomer entre les nombreux obstacles (rochers et arbres morts). Contre toutes attentes, c'est une truite de 49 cm à la robe splendide qui rejoint l'épuisette. Cool !



 Je laisse reposer le poste en me remettant de mes émotions, puis je rattaque à nouveau. Très vite une nouvelle petite truite vient me rendre visite.


Persuadé d'être au bon endroit, au bon moment, je continue sur ma lancée. Bordure opposée, légèrement en aval, un petit contre-courant retient mon attention depuis mon arrivée sur le coup. Mes chances de ramener une truite depuis cet emplacement sont infimes, mais je tente le coup.
Mon leurre se pose exactement ou je le souhaitais et après deux tours de manivelle, je suis attelé !
Même scénario que précédemment, la truite est embarquée dans le courant et se retrouve sur ma bordure mais cette fois derrière un épis rocheux. Mon bas de ligne frotte une première fois, puis une deuxième...
Je tente d'écarter le poisson de la bordure, mais elle rushe à nouveau au milieu de gros blocs... Une casse sans surprise !

Pendant ce temps, Clément et Thomas ne feront pas de miracle. Je les rejoins et nous nous accordons pour mettre fin à ces retrouvailles avec la rivière.

Ain-si soit-il !
Le lendemain nous prenons la route pour le cours moyen de la rivière d'Ain. A notre arrivée, nous découvrons la rivière claire avec un débit idéal pour pêcher au leurre.


L'eau est glaciale, ce qui nous laisse comme hier, assez septique sur l'activité des poissons.
Mais assez vite Thomas ramène une petite zébrée d'une trentaine de cm. Un début prometteur qui ne donnera suite qu'à des suivis et à des touches inferrables.
Il nous faudra attendre la fin de matinée pour qu'enfin une truite honorable viennent s'accrocher à mon leurre. Un poisson magnifique !



Après la pause casse-croûte au soleil, nous peignons une gravière en espérant que la lumière décide  les truites à sortir.
Cette fois c'est Thomas qui est à la manœuvre avec un poisson qui se débat aussi lentement que lourdement. C'est finalement un bel ombre de plus de 45 cm qui rejoint l'épuisette. Nous le manipulons avec précaution et le relâchons après une photo afin qu'il puisse se préparer pour la reproduction.


Nous développerons ensuite diverses stratégies pour séduire nos belles amies, mais malgré notre application nous ne parviendrons pas à nos fin.


Au cours de la journée, nous avions vu que la rivière était à la baisse (une dizaine de cm). En milieu d'après-midi, nous remarquons cette fois que la rivière se trouble et monte. De l'eau issue de la fonte des neiges vient grossir les flots de l'Ain et mettra fin à notre partie de pêche.

Si les résultats restent très modestes, nous aurons passé une superbe journée sous un soleil radieux.

La saison est désormais lancée et maintenant place aux repérages pour les guidages à venir.


A très bientôt,
Matthieu Pornon

Aucun commentaire:

Publier un commentaire