vendredi 3 novembre 2017

finir en beauté

Tout d'abord, mille excuses aux lecteurs réguliers du blog pour le peu de publications durant cette saison de pêche et merci à ceux  (Luc, Patrick, Romain...) qui ont demandé de mes nouvelles s’inquiétant du peu d'activité cette année... Beaucoup de travail et le développement de nouveaux projets sont les principales causes de ce silence, mais également la qualité de pêche qui s'est avérée vraiment délicate tout au long de la saison estivale. Donc, en définitive pas grand chose à raconter mis à part que les conditions sont nulles et la pêche difficile.

Alors pour briser un peu la dynamique des articles précédents, je vous propose de revenir sur le mois de septembre, qui même s'il ne fut pas grandiose, aura vraiment fait du bien au moral.

Des poissons bien gras et riche en couleurs, les récompenses de fin de saison
A la fin du mois d’août, les rivières sont au plus bas et la température (de l'air et de l'eau) encore élevée. Puis, arriva le tant attendu coup de froid. Peu de précipitations mais suffisamment pour ajouter un peu d'eau fraîche et relancer l'activité des truites.


Les premiers jours de septembre sont parfaits. Il ne fait pas bien chaud mais le soleil bien présent... Parfait pour voir  nager les truites et parfois même en prendre... Après 3 mois d'étiage et une fréquentation en hausse cette saison au bord de la rivière, je vous laisse imaginer que les cocottes n'étaient pas faciles à capturer.

Zébritude Ultime : La plus belle truite du monde est bien Franc-Comtoise
C'est ensuite un passage météo plus mitigé qui s'installe et qui nous accompagnera jusqu'à la fermeture.


Pour ce qui était de la difficulté de la pêche, pas de changement. En revanche l'activité des poissons a pris une tournure presque insolente. Les journées de guidage se succèdent avec des résultats similaires, capot ou presque. Mais à chaque fois des dizaines de poissons (parfois même de grosses truites) se nourrissant frénétiquement sur larves et émergentes d'éphémères, qui disparaissent à la moindre erreur.


Pour s'en sortir avec ces paramètres, il suffit d'utiliser de petites nymphes non-lestées que l'on noue à une pointe de 4m50 en 10Ø. Ensuite, expédier la nymphe jusqu'à 10 m devant le poisson en prenant soin de positionner la soie sur l'eau loin de son champ de vision. Laisser dériver sans jamais repositionner la soie afin de ne pas tendre la pointe. Rester attentif à la fois à la dérive et aux déplacements du poisson de sortes à identifier précisément le moment ou le poisson intercepte la nymphe. Ne reste plus qu'à ferrer promptement avec le maximum d'amplitude afin de récupérer les 10m de soie nécessaire à la dérive... Bref, rien de plus facile !



Facile à diférencier voici Joe le borgne !!!! Mesuré à 50 cm. 
L'option, tout de même beaucoup plus simple, et de pêcher avec de petites nymphes très lestées, brillantes de préférence, de les ramener le plus proche du museau du poisson avant de faire une grande animation. Les posers sont percutés et nécessites beaucoup de précision. Cette technique manque vraiment de classe mais reste particulièrement efficace, notamment sur les ombres.




Si la pêche en nymphe à vue aura assuré le gros des captures, quelques coups en sèche auront été possible le week-end de la fermeture.


Dernière semaine de septembre. Nous avons la chance de  prolonger la saison sur le Doubs Frontière avec des conditions estivales pour nous accompagner.

Dès le matin les poissons s'activent en surface, d'abord sur des éphémères puis sur une retombée de fourmis. Ce sont principalement des ombres, mais c'est sur les truites que nous nous attarderons.



On ne s'attendait pas vraiment à ça, mais durant l'après-midi la surface de l'eau s'est vraiment mit à bouillir tant la fréquence de gobages était élevée. Comme d'habitude dans les moments de frénésie, les captures ne commencent vraiment à s’enchaîner que lorsque les insectes se rarefient et que l'activité retombe un peu.


Je ne sais combien de poissons nous prendrons. Des ombres pour l'essentiel, dont certains étaient vraiment très gros et très longs, notamment un poisson mesuré à 54 cm. Une très belle session de fin de saison.


La saison se terminera en guidage avec un vrai temps de fin-septembre... pluie, vent... et malheureusement une très faible activité de surface et l'impossibilité de pêcher à vue. Ne reste alors qu'à admirer le cadre, tout aussi somptueux avec le mauvais temps.


C'est ainsi que s'achève la saison 2017. Une année marquée une fois de plus par un long épisode de sécheresse. Une problématique désormais récurrente qui vient s'ajouter à bien d'autres menaces. La situation est toujours plus préoccupante quant à l'avenir de nos cours d'eau en Franche-Comté.

Merci à l'ensemble de mes clients. Vous êtes toujours plus nombreux et c'est toujours un immense plaisir de vous accueillir sur les bords de la Loue et autres rivières de ma région.
On en aura bavé cette saison, mais comme j'ai pu le dire à certains d'entre vous qui venaient pour la première fois, ce n'est pas toujours aussi difficile.  Croisons les doigts dès maintenant pour la saison prochaine, qui sera à coup sur riche en bons moments et en émotion.


A très bientôt,
Matthieu Pornon

Aucun commentaire:

Publier un commentaire