lundi 6 avril 2015

Déluge de printemps !

Nous sommes à la fin du mois de mars.
Je quitte la Loue le vendredi,  pour rejoindre le Sud-Jura et mon ami Stéphane qui fête ses 45 ans ce week-end. Au programme, un peu de bringue mais surtout un gros week-end pêche entre amis avec Alex, Stéph et mon frère Thomas.

Une dernière avant de prendre la route pour le Jura


Samedi (l'avant déluge) :
Nous attaquons sur la Bienne. Les débits comme les conditions météo sont parfaites et les signaux sont au vert pour les éclosions de March-Brown qui se font bien attendre en ce début de saison 2015.
A l'aube, les truites furent assez actives sur les leurres mais l'activité retomba au fil des heures.

En début d'après midi les éclosions battent leur plein, une bonne quantité de baétidés ( des Rhodanis dans le jargon ) investissent la surface de l'eau.



Malheureusement toujours pas de grosses éphémères pour mettre les truites en activité. En résulte quelques gobages sporadiques et une distribution aléatoire des poissons. Il fallait être vraiment au bon endroit pour trouver une belle truite qui gobe, et la faire monter sur sa mouche.



La pluie commence à tomber en fin de journée. Une eau salvatrice qui commençait à se faire attendre sur la plupart des cours d'eau Franc-Comtois.
C'est le début d'une averse qui durera quasiment 24h sans interruption et qui couplée à la fonte des neiges donnera la crue la plus rapide que j'ai eu l'occasion d'observer.

Dimanche (durant le déluge) :
Alors que toutes les rivières du bassin de la Bienne sont déjà impraticables, j’entraîne mes amis sur la rivière d'Ain car avec les années de pratique de la pêche en Franche-Comté, je sais que cette rivière met plus de temps à monter que la Bienne. Nous avons devant nous seulement quelques heures de pêche avant que l’Ain soit impraticable, il n'y à pas de temps à perdre !

Après un bref casse-croûte, nous nous élançons sur la rivière. L'eau est déjà haute et surtout très teintée. Très vite, les premiers poissons arrivent pour moi. Dans les eaux troubles, je privilégie les coloris les plus sombres. Dans le cas présent, c'est un Skeleton Delalande 8 cm coloris noir qui fait le travail, avec deux truites de 40 et 43 cm prises coup sur coup.




Un peu plus tard après avoir décroché 2 truites, je rejoins mes compères. "Tu as loupé quelque chose !"
En effet, en une demi heure, Thomas et Alex touchent 7 poissons avec seulement 3 mises au sec, mais pour une fois la plus belle des truites ne s'est pas décrochée.



La suite de la journée est un peu plus compliquée. Les touches s'espacent et le peu de truites qui attaquent nos leurres se décrochent. Nous en resterons là.
Nous rentrons plutôt satisfait. Si nous étions restés sur la Bienne, nous n'aurions pas pu pêcher alors que nous avons touché près d'une 15aines de poissons.

L'après déluge : 
Avec ce qu'il est tombé, la totalité du réseau hydrographique Franc-Comtois est impraticable.

La Loue, le 2 avril 2015
La semaine suivante est caractérisée par une météo exécrable, du vent et encore de la pluie. Les précipitations maintiennent les rivières très hautes, interdisant la pêche pour le reste de la semaine.
C'est bien dommage, car malgré des rivières en crue, les éphémères continuent à éclore sur la plupart des rivières.

Les montagnes russes !

Il a fallut ruser et pêcher des petits cours d'eau pour prendre quelques truites.
Samedi : Une petite sortie sous la pluie avec Christian saluée d'une toute belle de presque 40 cm prise à la godille.



Dimanche : La belle surprise sur une petite résurgence peu connue du grand public avec une splendide truite de 50 cm prise à la mouche sèche.


Le retour du beau temps et la baisse rapide
des niveaux des rivières laissent présager de très bonnes conditions de pêche pour ces prochains jours, mais comme souvent à la pêche, rien n'est gagné d'avance.

A très bientôt,
Matthieu Pornon

Aucun commentaire:

Publier un commentaire