jeudi 16 avril 2015

Immersion en Grande rivière

Comme l'an passé, j'ai le plaisir d'accueillir Paul pour un stage "Grandes Rivières" (voir Dans le grand bain !  ). Cette offre de début de saison se caractérise par la possibilité de capturer à la mouche et/ou au leurre des truites aux mensurations de rêve !
La difficulté des coups de ligne, la puissance des combats dans le courant et la beauté des sites de pêche en font une offre unique, ou l'humilité est souvent récompensée par la capture d'une belle truite.

Toutes les infos sur cette offre sur : matthieu-fishing.fr/peche-en-riviere : Grandes rivières


Deuxième semaine d'avril , nous sommes à la décrue ! 


Les rivières sont encore gonflées et l'eau encore légèrement trouble. Avec une température d'eau très faible, les chances de voir des éclosions sont faibles. C'est donc le leurre qui sera privilégié durant le stage. Paul maîtrise déjà très bien la pêche au lancer et c'est avec enthousiasme qu'il entame le séjour, désireux d'en apprendre plus sur la pêche de la truite au leurre.

La première journée débute par une longue matinée sans prendre la moindre touche. C'est finalement après un bon repas (c'est agréable de manger sans avoir les mains qui sentent le poisson) que les choses sérieuses commencent. A partir de 14H les touches vont s’enchaîner. Malheureusement pour Paul, les poissons semblent très agressifs mais peut enclin à se nourrir. En résulte beaucoup de touches loupées et de décroches. 


En fin d'après midi, Paul débloque le compteur avec une truite de presque 40 cm.
Pour finir la journée, nous abordons un poste magnifique, un grand courant avec de nombreux amortis.
Très vite, Paul se fait arracher la canne des mains ! Le contact ne dure que quelques secondes et la truite se décroche en saluant d'un joli saut. Elle faisait plus de 50 cm, dommage !

Ayant toujours une canne supplémentaire pour faire gagner du temps à mon client sur les changements de leurres, je décide de faire quelques passages derrière lui. Premier lancer, mon leurre est stoppé net, s'en suit un départ vers l'aval a une vitesse folle. Le combat est musclé, j'en profite pour donner à Paul toutes les combines pour maîtriser un gros poisson.


Tout fini pour le mieux et nous posons tout les deux avec cette splendide truite de 57 cm. Je laisse le soin à Paul de la relâcher.


La nuit tombe, Paul  retente un poste sur lequel il avait décroché un truite de plus de 45 cm, en vain !

Nous nous arrêtons là. Une bonne première journée, peu de poissons mais de l'action !


Pour les deux prochains jours, nous changeons de rivière dans l'espoir d'y trouver plus d'insectes afin de pouvoir tenter un poisson à la mouche.


Paul attaque au leurre. La malchance ne le quitte pas car dès le premier poste il décroche une très belle truite.
Nous voyons des truites qui commencent à se placer sur les gravières, bien que très peu actives c'est bon signe pour le reste de la journée.
Le manque d'activité alimentaire des poissons se manifeste par des suivis jusqu'au waders et des frappes dans les leurres bouches fermées. Pour prendre des truites dans ces conditions,  il faut diversifier les animations et se tenir prêt à ferrer à tous moments.


Après bon nombre de suivis et de décroches, Paul réussit à prendre une belle truite.
Les gros éphémères commencent à sortir et je trouve rapidement un poisson actif en surface. C'est l'occasion ou jamais de faire prendre à Paul une grosse zébrée à la mouche. Mais le temps d'aller chercher la canne, la rivière a légèrement monté suite à un petit lâcher de barrage. Le gobage a disparu, c'est quand même vraiment pas de chance.

La suite de la journée ne sera pas terrible ! Une longue errance à la recherche d'un hypothétique gobage. Les truites ont disparu des gravières et la pêche au leurre ne donne rien, hormis quelques timides suivis !
Sans cette montée d'eau la journée aurait sans doute été tout autre. Les espoirs portent maintenant sur le lendemain.


C'est le dernier jour, la motivation est à son comble. 
Ça démarre fort, dès le premier poste prometteur Paul capture cette truite de 44 cm après un combat rapidement mené.



Après la remise à l'eau, Paul se remet en action bien décidé de ne pas en rester là. Une poignée de minutes plus tard, il est attelé à un poisson qui semble sérieux. Il met en pratique les conseils que je lui ai donné lors du combat face à la truite de 57 cm.
Canne basse, il maintient la pression et descend la rivière afin de combattre la truite depuis l'aval. Je le rejoins pour mettre cette farouche combattante dans l'épuisette.


Yes !!! 49 cm ! Bravo à toi Paul, tu l'a bien méritée !

Mention spéciale au leurre dur Duel Jerkbait 90 sp, qui ce matin s'est montré particulièrement efficace.

 Bien lancés, nous en ferons une dernière de 43 cm pour boucler cette très belle matinée de pêche. 

Skeleton 8 cm pepper tea, toujours aussi redoutable !

Avec 100% de réussite ce matin, l'après midi débute sous les meilleurs auspices. 
En une demi heure, nous perdons un poisson et enregistrons un suivi. La donne change. Les insectes ne sortent pas. A partir de 14h la rivière commence à baisser significativement. Décidément !
Comme la veille l'activité retombe. Nous exploiterons toutes les possibilités qui s'offraient à nous sans le moindre succés. Seul un poisson de 60 cm est venu nous redonner un peu d'adrénaline en suivant un leurre de très près. 

C'est la fin d'un séjour riche en émotions et en enseignements. L'offre "Grandes rivières" aura tenu ses promesses.

A très bientôt,
Matthieu Pornon

Aucun commentaire:

Publier un commentaire