lundi 19 juin 2017

Période de doute...

Après un mois de mai compliqué, on s'attendait à un véritable regain d'activité... mais non !

Les orages réguliers alimentent la rivière, qui baisse et monte à nouveau à l'orage suivant. L'irrégularité des débits n'aide pas au positionnement des poissons, qui d'un jour sur l'autre n'occupent pas les mêmes secteurs.

Une rivière encore bien teintée à la mi juin
En pleine période de guidage, les conditions auraient pu être meilleures. Mais ne nous plaignons pas, l'an passé à la même époque nous ne pêchions pas à cause des crues.

Alors, je ne sais pas si avec l'expérience je deviens insatiable, mais les résultats des derniers guidages peinent à me satisfaire. Heureusement nous avons tout de même vu quelques écailles.


Tout d'abord avec Lilian lors d'un stage de pêche en nymphe. Une journée qui commençait bien avec des poissons capturés en nymphe au fil en dérive et d'autres attaqués à vue mais qui ne trouverons pas le chemin de l'épuisette.



S'en suivra une longue après-midi, ou nous ne trouverons que très peu de poissons actifs...

En effet, ce n'est pas tant le niveau fluctuant de la rivière qui contraint la pêche mais surtout l’inactivité des poissons.

Je continus avec François pour trois jours.
La session débute avec une première journée satisfaisante avec une quinzaine de truites modestes capturées, pour la plupart avec la fameuse Paramai !



Le séjour commençait plutôt bien, mais les deux jours suivant seront vraiment décevants. Le peu de truites actives se cantonnaient dans des zones particulièrement difficiles à aborder, à grande distance ou dans des secteurs encombrés.


Du fait de leur faible activité, les truites étaient particulièrement craintives si bien qu'un lancer de    20 cm trop loin ou trop près suffisait à faire fuir le poisson.


,Heureusement pour les guidages ça finit plutôt bien avec Christian et Jérémie qui prendront quelques ombres lors d'une journée d'initiation. Bravo à vous deux !


Je ne ferai pas l'étalage de mes pêches perso, mais je suis sujet aux mêmes problématiques que mes clients. Une fois trouvé un truite active il fallait souvent avoir le sang-froid  et faire appel à toutes ses capacités techniques pour venir à ses fins.


Truite blanche extrêmement rare. Vous remarquerez les zébrures blanches...
En rèsumé, voilà une quinzaine qui rend humble... c'est toute la magie de la pêche à la mouche. Mais ce fût aussi l'occasion de faire de belles rencontres, avec mes clients mais aussi avec un nouvel habitants de la rivière ... le père castor


A l'heure actuelle, le changement opère et les prochaines sorties devraient être plus simples.


A très bientôt,
Matthieu Pornon

Aucun commentaire:

Publier un commentaire